Maquettiste

Quel délice de se plonger dans son magazine préféré ! Ce plaisir, on le doit au maquettiste, véritable metteur en scène des textes et des titres, des images et des couleurs. Un créatif qui allie qualités artistiques et maîtrise des logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur).

Nature du travail

Définir une ligne graphique

Le maquettiste est un créateur. En fonction des attentes d'un client, il conçoit des modèles de pages (maquettes) précisant toutes les indications techniques nécessaires : choix des polices de caractères et des couleurs utilisées, mise en valeur des titres, répartition des blancs... Ses missions s'apparentent alors à celles du graphiste.

Appliquer la ligne graphique au support

Une fois la maquette réalisée, le maquettiste organise l'ensemble des éléments qui composent la page. Il définit la forme et la place des textes et des images en veillant constamment à leur équilibre à l'intérieur du gabarit, afin d'obtenir des pages harmonieuses. Il positionne et hiérarchise les titres, « chapôs », encadrés, textes, et détermine l'emplacement des illustrations (photos, dessins, graphiques). Son objectif : attirer le regard.

Sur tous types de supports

Les maquettes réalisées par le maquettiste tiennent compte du support de communication qui peut être imprimé (magazine, livre, journal, plaquette, dépliant...) ou multimédia (site Internet, CD, DVD...). La cible entre aussi en ligne de compte : on ne traite pas une revue pour les adolescents comme un guide touristique.

Compétences requises

Créatif et technicien

Une bonne maquette est d'autant plus réussie qu'elle est imperceptible. Connaître les bases du dessin et du graphisme s'impose, mais ce n'est pas suffisant. Le métier de maquettiste exige aussi une parfaite maîtrise de l'informatique. Pratiquer les logiciels graphiques tels InDesign, Illustrator, Quark Xpress et Photoshop est indispensable. Sans oublier de se tenir au courant des évolutions technologiques.

Précis et rigoureux

La chaîne graphique n'a pas de secret pour le maquettiste, de même que la charte graphique qu'il doit respecter. Il ne laisse passer aucune faute de mise en pages, contrôlant inlassablement les moindres détails de son regard aiguisé.

Curieux et vif d'esprit

Le maquettiste doit posséder une certaine culture générale, une ouverture d'esprit et une curiosité à toute épreuve. Expositions, films, presse spécialisée, vitrines... tout est bon pour se tenir au courant et capter l'air du temps. Car, dans ce milieu, les idées circulent vite. Par ailleurs, la rapidité d'exécution et la polyvalence constituent des atouts indéniables, tout comme la concentration et l'organisation, indispensables pour manipuler les logiciels.

Salaire

Salaire du débutant

Entre 1600 et 1800 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Salarié ou indépendant

Le maquettiste est le plus souvent salarié. Indispensable dans un journal, il est aussi très présent chez les éditeurs, dans les agences de publicité, les studios de création, les industries graphiques ou les services communication des grandes sociétés. Quand il est indépendant (free-lance), il démarche lui-même les entreprises pour proposer ses services, et doit souvent faire face à de nombreuses commandes.

Une insertion difficile

D'après l'Insee et le ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, les industries graphiques comptent 5050 entreprises. Mais le prépresse ne représente que 17 % de l'effectif total. Pas facile donc pour les nombreux jeunes formés à la PAO de s'insérer sur le marché du travail. D'autant que la majorité des emplois est concentrée en région parisienne (21,5 %) suivie du Nord, du Centre, des Pays de la Loire et enfin de la région Rhône-Alpes.

Vers le poste de directeur artistique

Après plusieurs années d'expérience, un maquettiste peut évoluer vers la fonction de graphiste ou de DA (directeur artistique) s'il a le talent nécessaire. Il peut également s'installer à son compte et devenir free-lance.